Les activités de recherche de la Coordination Scientifique Forêt, Sol et Environnement visent (i) la gestion durable des ressources, la conservation de l’environnement en général et de la biodiversité en particulier, (ii) la constitution des collections pour la recherche et (iii) la valorisation des résultats de recherche en mettant à la disposition des utilisateurs des données technologiques répondants à leurs besoins. En tant que structure de référence en matière de recherche forestière et environnementale institutionnelle, elle assure en outre la collecte, le traitement et la diffusion de l’information scientifique et technologique, et entretient des relations de coopération scientifique avec les institutions spécialisées nationales et internationales.

Objectifs

  • Permettre à la forêt d’assurer ses fonctions économiques, écologiques et sociales en préservant l’intérêt de toutes les parties prenantes;
  • Permettre aux ressources en sol d’être gérées durablement pour la préservation de leur potentiel de production agricole.

Programmes de recherche

Programme Forêt et Bois

La baisse du potentiel ligneux est préjudiciable à l’équilibre besoins/ressources. Par ailleurs, le recul de la couverture végétale contribue au dérèglement climatique, à la baisse du régime des eaux et à la degradation des sols. Ceci est du aux effets combinés de l’exploitation forestière anarchique et aux défrichements agricoles, des pâturages et à la sécheresse. Ce programme a pour ambition de développer les méthodes et stratégies de  gestion durable et d’utilisation rationnelle des ressources forestières.

Programme Sols, Eau et Atmosphère

Le Programme de recherche Sol, Eau et Atmosphère vise à contribuer à la maîtrise des facteurs de dégradation des sols et de l’environnement du point de vue chimique et physique, afin de connaître et mieux contrôler leurs potentialités pédologiques. Il contribue aussi à la préservation des équilibres écologiques à travers la production des outils d’atténuation et d’adaptation aux changements climatiques.

Programme Biodiversité

L’ambition de ce Programme est de conduire les inventaires en vue de la connaissance de la diversité floristique et faunique du Cameroun, de la préservation de la diversité génétique et de sa gestion conservatoire.

Résultats saillants

Production de la matière ligneuse

  • Maîtrise des techniques sylvicoles des essences locales ou introduites ;
  • Une soixantaine d’espèces locales et une dizaine d’essences introduites dans la zone soudano-sahélienne ;
  • Cinq espèces locales et une dizaine d’essences exotiques en zone de savane humide, de même que les principales espèces de bois d’œuvre de la région floristique Congo-guinéenne (forêt du Sud Cameroun) ;
  • Maîtrise des techniques sylvicoles de pin et d’eucalyptus en zone de savane humide ;
  • Connaissance des potentialités technologiques de 26 espèces forestières ;
  • Mise au point des techniques d’exploitations à impact réduit comprenant les inventaires, la cartographie, l’abattage directionnel et le débardage par la piste la plus courte ;
  • Développement des techniques de restauration, recolonisation et valorisation des sols hardés.

Produits Forestiers non ligneux

  • Mise au point des techniques de bouturage à faible coût de Gnetum africana (Okok/Eru) et de Prunus africana ;
  • Développement d’une méthode de conservation de boutures pré-germées de Gnetum sp.

Gestion conservatoire des sols

  • Production des informations pédologiques facilement utilisables pour identifier les différents types de sols ainsi que leurs potentiels de fertilité ;
  • Mise en évidence de la présence des bactéries pathogènes et de nombreux éléments polluants à des concentrations supérieures aux normes admises internationalement dans les eaux des bas-fonds de Yaoundé. Les bactéries isolées sont : Proteus vulgaris, Enterobacter cloacae, Escherichia coli, Proteus vulgaris, Klebsiella pneumoniae, Pseudomonas sp. Ces résultats sont révélateurs des précautions à prendre en matière de gestion des bas-fonds, surtout par rapport à l’exploitation de ces zones dans le cadre de l’agriculture péri-urbaine
  • Développement des techniques d`analyses de la dynamique du C organique, de l’azote et du Phosphore et  quantification de la séquestration du carbone dans les acrisols et ferralsols ;
  • Documentation de la fixation et des mouvements des matières organiques, d’eau, d’azote et de phosphore dans les Acrisols / Ferralsols. Identification des seuils critiques de réponse des cultures a ces paramètres.
  • Caractérisation des sols dans les zones forestieres et de leur état de fertilité avec une référence particulière aux matières organiques, à l’eau, à l’azote et au phosphore.

Changements climatiques: Biodiversité

  • Mise en place de la collection de base «Letouzey », contenant des données pour plus de 40 000 spécimens d’herbier ;
  • Révision systématique de 5 genres dont Dacryodes, Santiria, Bertiera et  Sherbounia ;
  • Publication de quatre check-lists pour la Conservation des Réserves forestières du Mont Cameroun, de Bali Ngemba et du Mont Oku, du Parc National des Monts Bakossi, des Réserves écologiques des Monts Kupé et Manengouba (avec des informations sur la faune de la forêt atlantique) ;
  • Identification de 400 plantes menacées du Cameroun (Liste Rouge de l’UICN disponible sur le net) ;
  • Caractérisation moléculaire des spécimens de Rinorea (Violaceae) et description de nombreuses espèces végétales collectées au Cameroun notamment : Afrothismia hydra (Burmaniaceae), Psydrax bridsoniana (Rubiaceae), Manilkara lososiana (Sapotaceae) et Hypolytrum pseudomapanioides (Cyperaceae) ;
  • Connaissances de la diversité mycorhiziennes de plus de 300 essences et plantes cultivées en zone forêts humides du Cameroun.

Projets en cours

Perspectives

  • Renforcement des capacités des jeunes chercheurs et des autres acteurs du dévéloppement rurale.

Contact